Communiqué de presse, 15 mai 2018

Le Comité «Pro A5 – branche Ouest» prend note que la proposition de rechange pour le contournement Ouest de Bienne par l’A5 n’apporte aucunement le délestage requis en termes de trafic et que les conséquences financières sont également critiques. Désormais, il s’agit de faire avancer la procédure d’approbation du présent projet définitif sans retards supplémentaires. Le Comité voit un potentiel d’optimisation dans le domaine des terrains nécessaires aux installations de chantier.

L’examen des faits exigé par le Comité «Pro A5 – branche Ouest» a clairement fait ressortir les points faibles du projet de rechange. Malgré le fait que la proposition soit réalisable, elle n’apporte pas le délestage souhaité en matière de trafic. Notamment, la route de Berne, la rue d’Aarberg et la rue du Débarcadère continueraient à souffrir du volume de trafic important. Que le projet accable encore plus financièrement le Canton et les communes avec peu d’effet, est pour nous un autre argument contre la proposition des opposants à l’autoroute.

Les résultats ne surprennent pas
Il est apparu déjà tôt que les arguments soulignés de manière ostensible par les initiateurs ne pouvaient pas tenir le coup face à un examen approfondi. Ainsi, les concepteurs du projet «Axe Ouest: mieux comme ça !» ont déjà aujourd’hui fait marche arrière quant à l’aspect financier. Dans l’une de leurs publications, le coût du projet a déjà été corrigé vers le haut à hauteur de presque un demi-milliard de fr. Le fait que le projet de rechange ne satisfait pas non plus aux exigences souhaitées en termes de trafic prouve que le projet définitif actuel représente la meilleure variante pour le contournement Ouest de Bienne par l’A5.

Optimisation concernant le besoin de terrains

Le Comité «Pro A5 – branche Ouest» a toujours montré de la compréhension pour les craintes exprimées face aux phases de construction. Dans ce contexte, le Comité attend d’ailleurs du Canton de Berne une optimisation du projet, surtout dans le domaine des installations de chantier. L’objectif doit être de ne démolir des bâtiments que dans la mesure du strict nécessaire, de limiter au strict minimum le besoin d’espaces pour les installations de chantier et de n’abattre que le minimum d’arbres possible.

Pour tout renseignement complémentaire: Peter Moser, coprésidence «Pro A5 - branche Ouest», membre du Grand Conseil bernois,
tél. 079 206 20 66

 

Communiqué de presse du 15 mai 2018 (PDF)

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Communiqué de presse, 16 novembre 2017

Vérification des faits concernant la proposition «Axe Ouest: mieux comme ça»

Le Comité «Pro A5 - branche Ouest» exige des autorités compétentes une vérification des faits concernant la proposition «Axe Ouest: mieux comme ça». Des interventions parlementaires urgentes correspondantes sont déposées auprès du Grand Conseil du canton de Berne et des Conseils de ville de Bienne et Nidau.

Le 7 novembre 2017, une variante du contournement Ouest sans les deux jonctions «Bienne-Centre» et «Faubourg du lac» a été présentée au public par un comité citoyen à grands renforts publicitaires. Cette proposition doit faire l’objet d’une vérification des faits par le Conseil-exécutif du canton de Berne en collaboration avec les communes concernées et l’OFROU. Les membres du Grand Conseil Peter Moser (PLR Bienne), Pierre-Yves Grivel (PLR Bienne), Lars Guggisberg (UDC Kirchlindach) Christian Bachmann (PS Nidau), Jakob Etter (PBD Treiten) et Philippe Messerli (PEV Nidau) l’exigent au nom du Comité «Pro A5 - branche Ouest» dans une motion urgente interpartis. Une comparaison de la proposition «Axe Ouest : mieux comme ça» par rapport au projet définitif officiel est exigée. Dans une première étape, la proposition doit être examinée sommairement et sans coûts induits importants quant à sa faisabilité fondamentale. Les intervenants attendent en particulier des renseignements sur les répercussions en termes de trafic routier à Bienne et dans la région, ainsi que sur la faisabilité architecturale et technique, les coûts induits et les effets sur l’environnement, l’économie et la société. Dans une deuxième étape, si une faisabilité fondamentale existe, l’examen doit être approfondi. Les politiciens exigent en outre que les résultats soient présentés au public de manière appropriée.


Poudre aux yeux ou alternative ?
«La nouvelle proposition présentée «Axe Ouest : mieux comme ça» est vantée au moyen de déclarations certes séduisantes, mais qui doivent être étudiées de plus près», selon les intervenants. Cela doit désormais être clarifié. En outre, il faut garantir que la procédure d’octroi d’autorisation du présent projet définitif présent ne soit pas retardée inutilement. La Suisse entière, et particulièrement la région biennoise, attendent l’achèvement du réseau de routes nationales.
Parallèlement à l’intervention parlementaire au niveau cantonal, un postulat avec la même exigence est déposé auprès des Conseils de ville de Bienne et Nidau. Les conseillers de ville Peter Bohnenblust (FDP Bienne) et Paul Blösch-Althaus (PEV Nidau) en sont les responsables.


Lire le communiqué du 16 novembre 2017

___________________________________________________________________________________________________________________________

 

Communiqué de presse, 7 novembre 2017

Régression au lieu de progrès

L’alternative proposée par le Comité «Axe Ouest: pas comme ça» n’offre pas une bonne approche pour résoudre les problèmes de circulation dans notre région. La proposition corrobore plutôt l’intention du Comité d’opposition d’empêcher la branche Ouest par principe. Pour le Comité «Pro A5 - branche Ouest», cette proposition est un «No-Go» à différents niveaux.

La variante proposée par les opposants à l’autoroute ne saurait être prise au sérieux, ni comme alternative sérieuse ni comme contribution constructive à la solution de notre problème de trafic routier. Un abandon de la jonction «Bienne-Centre» ainsi qu’une route souterraine en continu constituent une modification fondamentale du projet général et engendrerait un retard de dix ans, voire même un abandon du comblement de cette dernière lacune du réseau routier. La planification de longue date serait jetée par-dessus bord. En outre, la solution présentée par les opposants à l’autoroute a déjà été étudiée de manière approfondie par le groupe de travail Stöckli. La planification-test et une étude d’opportunité ont montré que cette variante n’est pas conforme au but recherché.

Lire la suite...